Seulement 36% d’hommes donneurs inscrits sur le registre. Et si on faisait mieux ?

70% des personnes prélevées pour des patients nationaux sont des hommes. Or le registre national des donneurs volontaires de moelle osseuse ne compte que 36% d’hommes. Messieurs, nous avons grand besoin de vous !

 

Pourquoi les hommes sont-ils si recherchés ?

  • Les cellules issues de leur moelle osseuse sont mieux tolérées par les patients sur le plan immunologique.

Les médecins greffeurs ont constaté qu’une greffe réalisée à partir d’un prélèvement de cellules de moelle osseuse effectué chez un homme permet une gestion plus simple de la greffe pour le patient. Cette différence s’explique sur le plan immunologique, par l’absence, chez les hommes, des anticorps développés naturellement par les femmes lors de chaque grossesse. Or, ces anticorps complexifient la bonne tolérance du greffon de moelle osseuse après la greffe pour le malade.

C’est pourquoi, bien que minoritaires sur le registre français des donneurs, les hommes sont les plus souvent sollicités pour un don.

 

Pourquoi des jeunes en particulier ?

  • Un donneur inscrit avant 35 ans offre plus de chances de greffe à un patient.

En moyenne, un donneur est contacté 8 ans après son inscription, mais ce peut être beaucoup plus long. Sachant que l’on peut donner des cellules de sa moelle osseuse jusqu’à l’âge de 60 ans, plus un donneur s’inscrit jeune, plus il a de chance de pouvoir aider un malade.

  • Les greffons des personnes jeunes sont plus riches en cellules souches hématopoïétiques.

Ils permettent ainsi une prise de greffe plus rapide pour le patient.

 

Pourquoi faut-il tant d’inscrits ?

  • Pour augmenter les chances de trouver un donneur compatible pour chaque patient.

Pour que la greffe de moelle osseuse puisse être envisagée, il faut que la compatibilité entre le malade et le donneur soit parfaite. Or on estime à 1 chance sur 1 million en moyenne de trouver un donneur compatible (hors fratrie) car chaque personne possède sa propre « carte d’identité biologique » transmise génétiquement. Celle-ci est liée, en partie, aux origines géographiques de chacun. Cette diversité est présente chez les malades, il est donc capital de la retrouver parmi les donneurs.
Plus il y a de donneurs inscrits, de toutes origines géographiques, plus les chances de greffe augmentent pour les patients !

Homme ou femme, même combat !

Précisons que, lorsqu’un choix est possible, le médecin privilégie toujours le donneur ayant la meilleure compatibilité avec le patient, qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme. La compatibilité prévaut sur le sexe et l’âge du donneur.

Les femmes doivent donc poursuivre leur mobilisation pour le don de moelle osseuse !

 

Pourquoi est-il inutile d’avoir peur ?

  • Parce que le don ne fait pas si mal que ça. Le don se fait par prélèvement dans le sang dans 75% des cas.

Sinon, il s’agit d’un prélèvement dans les os postérieurs du bassin, très riche en moelle osseuse. Donc rien à voir avec la moelle épinière ou la colonne vertébrale ! Il arrive que certains donneurs ressentent des symptômes grippaux ou même qu’un « bleu » apparaisse à l’endroit du prélèvement mais ce n’est pas systématique. Un simple antidouleur peut les soulager. La moelle osseuse se reconstitue rapidement une fois celui-ci effectué.

Vous êtes un homme
de moins de 35 ans ?
Rejoignez-nous !

Vous pensez à des hommes
dans votre entourage ?
Passez le message !

 

CE N’EST PAS SI DUR DE FAIRE
UN DON DE MOELLE OSSEUSE

La pré-inscription
se fait en ligne
pour tout volontaire de 18 à 51 ans.
Comment s’inscrire ?

Un simple entretien médical et une prise de sang sont nécessaires pour valider votre inscription.
Qui peut donner ?

Le don ne fait pas si mal : dans 75% des cas, il se fait par prélèvement dans le sang.
Tout savoir sur le don

 

Haut de page