POUR SAUVER ENCORE PLUS DE VIES, 3 INFORMATIONS CLÉS À CONNAITRE ET À PARTAGER

MOBILISATION POUR LE DON DE MOELLE OSSEUSE EN 2022
 

L’an dernier, ce sont plus de 23 000 personnes qui ont rejoint les 337 000 Veilleurs de vie inscrits sur le registre des donneurs volontaires de moelle osseuse pour offrir un espoir de guérison aux personnes souffrant de maladies graves du sang.

Notre objectif pour 2022 ? Masculiniser et diversifier les profils des futurs inscrits pour augmenter et donner les meilleures chances de greffe aux patients, tout en rappelant les particularités de ce don vital qui constitue un engagement dans le temps.

C’est pourquoi, notre campagne de mobilisation débutera avec 3 messages clés pour sensibiliser les profils de donneurs les plus recherchés. Vidéos quiz pédagogiques, podcasts, infographies, partenariats avec des influenceurs, mobilisation des médias… Les prochains mois seront riches en contenus à partager sans modération !

Alors, ces 3 infos à savoir, les connaissez-vous ?
Voici un petit «Vrai-Faux» en 3 vidéos pour se les remémorer


VRAI ou FAUX ?

C’est vrai. Pourquoi ?

Parce qu’une greffe réalisée à partir d'un prélèvement de cellules de moelle osseuse effectué chez un homme est mieux tolérée par le patient. Cette différence s'explique par l'absence, chez les hommes, des anticorps développés naturellement par les femmes lors de chaque grossesse
et qui complexifient la gestion de la greffe.

70% des dons réalisés sont issus de donneurs masculins en France. Mais le registre national ne compte qu’à peine plus de 30% d’hommes. Les donneurs hommes sont donc recherchés en priorité pour offrir les meilleures chances de greffe aux malades.


VRAI ou FAUX ?

C’est vrai. Pourquoi ?

Chaque personne possède sa propre «carte d’identité biologique», déterminée en partie par ses origines géographiques et son histoire génétique familiale. Or pour qu’une greffe soit possible pour un malade, il faut trouver un donneur qui partage les caractéristiques biologiques les plus identiques aux siennes.

Pour améliorer les chances de trouver un donneur compatible pour chaque malade, le registre des donneurs volontaires de moelle osseuse doit refléter la diversité des profils génétiques qui existe en France et dans le monde.


VRAI ou FAUX ?

C’est vrai. Comment ça se passe ?

Si la moelle osseuse se situe dans nos os, elle peut aussi être prélevée dans le sang grâce à un simple traitement pris en amont ! Dans 80% des cas, le don de moelle osseuse se fait donc un peu sur le même principe qu’un don de plaquettes. Pour les 20% restant, le prélèvement de moelle osseuse s’effectue directement dans les os postérieurs du bassin, sous une courte anesthésie générale. Contrairement aux idées reçues, elle n’est jamais prélevée dans la colonne vertébrale car la moelle osseuse n’a rien à voir avec la moelle épinière.

C’est le médecin greffeur qui choisit la méthode de prélèvement la plus adaptée aux besoins du malade. Dans tous les cas, le don de moelle osseuse n’est ni risqué ni douloureux.

Il faut aussi savoir que le don n’est pas immédiat. L’inscription comme donneur de moelle osseuse est un engagement à long terme : un volontaire inscrit aujourd’hui ne sera appelé à donner que s’il est compatible avec un malade. Cela peut arriver dans 1 an, 10 ans, ou peut-être jamais.

 

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à consulter la FAQ

Bientôt de nouveaux contenus à partager, pour nous aider à faire parler du don de moelle osseuse toute l'année

Restez connectés, et partagez !